Projet citoyen de Grenoble

Les projets participatifs sont des dispositifs municipaux permettant à chaque citoyen qui le souhaite de proposer un projet social, écologique, de culture, etc. qui sera soumis au vote des autres citoyens puis réalisé si son projet est choisi.

Conscient de l’impact du cool roof sur les îlots de chaleur urbain, deux étudiants grenoblois, Antoine Vaskou et Grégoire Pourcelot, ont soumis un projet de cool roofing dans le cadre d’un budget participatif proposé par leur ville.

Quelle est la population concernée par ce projet de Cool Roofing ?

La première étape pour Cool Roof France et les deux étudiants, fût de trouver un bâtiment public démonstrateur, avec la volonté d’avoir un impact social significatif. Après une étude, le bâtiment de la Bifurk, qui abrite une pépinière associative et représente un lieu d’expérimentations artistiques, citoyennes, écologiques et sportive a été sélectionné. Ce lieu compte plus de 30000 passages par an, plus de 1600 adhérents, et plus de 300 bénévoles.

L’intervention de Cool Roof France :

Les travaux ont été réalisés par Cool Roof France, avec notre solution sans composés organiques volatils, à base de coquilles d’huîtres et de carbonate de calcium, garantie 10 ans. L’application du Cool Roof sur la toiture du bâtiment offre un gain de fraîcheur et de confort intérieur en été. Cela permet également de prolonger la durée de vie de la membrane d’étanchéité du toit, en évitant les effets de dilatation-rétractation dus à d’importants écarts de température.

Nous souhaitons que ce bâtiment public serve de démonstrateur, afin de démocratiser cette technologie simple et que les élus, les citoyens et les entreprises s’emparent de cette technologie.

Les résultats de cette action solidaire :

L’instrumentation de ce chantier a été sous traitée à un bureau d’études externe. L’objectif de cette dernière était de confirmer expérimentalement le potentiel de réduction de la surchauffe pour le bâtiment traité par Cool Roof France. Les résultats sont largement satisfaisants.

En effet, durant l’été 2020, avant l’application du cool roof, des pics de températures de 50 à 70°C avaient été relevés sur la toiture de la Bifurk. En 2021, les mesures faites par les capteurs indiquent que la température en surface de toiture n’a jamais atteint les 50°C. Le bureau d’études en charge du dossier précise que l’écart moyen, d’environ 25°C à 30°C, ne peut pas s’expliquer par les seules variations météorologiques entre les deux étés.

Cette étude montre également que l’amplitude des oscillations thermiques a été considérablement réduite après l’intervention de Cool Roof France. Enfin, ces résultats prouvent que la température intérieure du bâtiment était plus élevée et de manière plus fréquente en 2020 qu’en 2021.

Ils nous soutiennent

Ministère de la transition écologiqueRegion BretagneTechnopole Quimper CornouailleCSTBArkema